Polymorphosis

Un corps-matière à géométrie variable se fragmente et se recompose à l'infini. Il se tend et se distend, se développe, se tord, se déforme, semble changer de corps. Sans dessus ni dessous, sans endroit ni envers ; corps aux lignes tranchées et aux mouvements précis, ou corps maladroit et chaotique. Le mouvement, organique, emprunte aux qualités animales et végétales. Des détails de corps prennent vie, chaque partie pouvant être à elle seule un organisme autonome.

Dépliant pattes et ailes, muant sous les regards, Polymorphosis fait voyager.

Tantôt inquiétant,

tantôt délicat,

parfois improbable,

toujours poétique,

Polymorphosis ouvre la porte à l'imagination.

Une immersion dans un univers corporel étrange, vibrant dans sa physicalité,

et méticuleusement travaillé jusque dans les plus infimes détails.

Matière à métamorphose

Dans Polymorphosis, il est question de multiples transformations de corps. De ces nombreuses mutations émergent différentes formes et qualités de mouvement.

De la boue/glaise naît la forme. Du chaos naît l'ordre. Le désorganisé s'organise pour un moment en une structure plus élaborée, volontiers sculpturale, voire géométrique, puis retourne au chaos originel. S'ensuit la naissance d'une nouvelle forme … Un cycle perpétuel, sans fin.

Le corps global devient parfois le castelet de l'histoire plus intime d'un détail de corps. On passe d'une image sculpturale, proposée par le corps en entier, à un focus sur une extrémité. Un jeu de zooms et de dé-zooms successifs.
Certaines positions de corps peuvent -sous un angle spécifique- en troubler la lecture et laisser émerger des images étranges, dans lesquelles la logique traditionnelle d'organisation du corps est bousculée. L'illusion s'introduit dans la perception des formes exposées. Un bestiaire étonnant émerge alors, éveillant l'imaginaire de chacun.

La nature au cœur de la pièce

Dans cette pièce, la part belle est faite à l'animal et au végétal -voire au minéral- dans la manière d'investir le mouvement. Le corps y est affranchit de sa condition humaine.

Le processus de la phylogenèse est là en toile de fond, même si ici la position debout, si commune aux êtres humains, n'est pas donnée comme forme la plus aboutie de l'être en mouvement, mais plutôt comme un chemin de corps possible, un passage.

Le rythme de la nature a sa fréquence propre, qui de prime abord peut paraître chaotique. Ses tempi irréguliers sont explorés dans Polymorphosis. Des moments de lenteurs font partie du processus en cours sous les yeux du spectateur, altérant sa relation au temps, l'invitant à sortir de son rythme quotidien pour mieux plonger dans l'inconnu.

Conception, chorégraphie et interprétation : Claire Hurpeau
Création sonoreGilles Monfort

Création lumière : Fanny Perreau et Cyril Balny

Regard complice : Alice Godfroy

Production : Artenréel #1

Co-production : Ballet de l'Opéra national du Rhin / CCN de Mulhouse

Réalisé avec le soutien du Théâtre du Marché aux Grains de Bouxwiller

Accueil studio / mise à disposition de studio : Réservoir Danse de Rennes Métropole, Ballet de l'Opéra national du Rhin / CCN de Mulhouse, Théâtre du Marché aux Grains de Bouxwiller, Espace Malraux de Geispolsheim, Centre Chorégraphique de la Ville de Strasbourg, Pôle-Sud / CDCN de Strasbourg

Partenaires financiers : DRAC Grand Est et Région Grand Est

Crédit photo : Fabien de Chavanes

Durée :  55 min