Démesure et illusion ...

Go Dirndl ! flirte avec l'absurde et l'abstraction

 

Sincérité, naïveté, légèreté ...

Go Dirndl ! ouvre une fenêtre sur l'espace intime

 

Amour, folie, hostilité, humour ...

Go Dirndl ! passe par toute la gamme des émotions

Un solo à la croisée entre la danse et le clown de théâtre.

​Go Dirndl!

Dans l’espace scénique, une jeune femme vêtue d’une robe rouge de Dirndl, s’avance avec sa gourde. Elle hésite entre son envie de séduire et les rêveries de son esprit. Son vêtement et sa gourde se transforment à son gré, matérialisant des éléments des histoires qu’elle fait vivre en déroulant le fil de sa poésie intérieure. Elle prend parfois le public à témoin, puis l’oublie pour mieux explorer les contours de son univers entre rêve et réalité, jusqu’à perdre le contact avec ce qui l’entoure.

Go Dirndl ! présente une jeune femme qui expose sa fragilité, ses faiblesses et ses indignités au même titre que sa douceur et sa beauté. Un être humain dans son essence même, sans le vernis social.

.......

         Excess and illusion ...

Go Dirndl! flirts with absurdity and abstraction.
            Sincerity, simplicity, lightness ...​

Go Dirndl! opens a window out on the intimate
            Love, madness, hostility, humor ...​

Go Dirndl! passes through the full range of emotions. 

In the scenic area, a young woman wearing a red dirndl dress steps forward. She hesitates between her desire to seduce or to stay in the reveries of her inner world. Her clothes and gourd turn with her fancy, embodying elements of the stories she invents. She sometimes takes the audience as a close witness, then forgets about them in order to further explore the contours of her world between dream and reality, until completely losing touch with what surrounds her.

Go Dirndl! is about a young woman exposing her fragility, and her horrors just as well as her softness and beauty. A human being in her essence, without the veneer of society.​

A solo at the crossroads of dance and theatrical clowning.

Concept et interprétation : Claire Hurpeau

Regards complices : Marion Dieterle  et  Mirjam Bührer

Production : Artenréel #1

Mise à disposition de studio : Bewegungs-art à Freiburg im Breisgau, Le Point d'Eau à Ostwald

​1ère chanson : Habanera de Carmen, Georges Bizet

​2ème chanson : La main de Martin, Claire Hurpeau

Crédit photo : Anir Barleben

Durée :  20 min